Institut Taiji Quan Bagua Zhang

Taiji Quan style Yang 杨式, Wu 吳式 , Chen 陈式 et Bagua Zhang

Présentation du Taiji Quan

écrit par chin le 13 août 2009

taiji«Taiji Quan» (太 極 挙)  signifie «boxe du faîte suprême».

C’est à la fois un art martial chinois et une technique de longue vie. Une discipline est basée sur le travail en combinaisons issue du Yin et du Yang. Il va permettre au combattant d’utiliser la potentialité de l’opposant et dans le but de déjouer l’adversité en utilisant la complémentarité des gestes et des intentions de l’autre pour les retourner contre lui éventuellement.

Le «Taiji Quan» est aussi un art de vivre, une forme de méditation en mouvement,une recherche du contrôle de soi, de bien-être et d’épanouissement. C’est un ensemble de savoirs permettant l’auto entretien de la santé. On devrait le conserver comme un trésor du patrimoine commun de notre humanité.

Il est difficile de déterminer avec authenticité les origines historiques du Taiji Quan dans la période légendaire entre le XI° et XIV° siècle. La légende plus connue dit que l’immortel taoïste, expert en arts martiaux, Zhang Sanfong (张 三 峰) qui vécut sur le mont Wudang (武 当) s’inspire du combat entre une grue et un serpent. Le serpent esquivait les coups de bec secs et droits de l’oiseau par des mouvements souples sinueux, lents et ininterrompus, pour ensuite contre-attaquer avec une rapidité foudroyante. Le moine comprit alors que les mouvements circulaires et ininterrompus doivent être préférés aux mouvements droits et saccadés. Il se rendit ainsi compte que la souplesse et la flexibilité l’emportent sur la dureté et la force, ainsi que l’avait enseigné, bien des siècles auparavant, le philosophe Lao Zi. (老 子). Il appliqua ces principes aux arts martiaux, créant ainsi le Taiji Quan.

Une étude rigoureuse faite par le directeur du bureau de la publication à l’institut national chinois des arts martiaux Tang Hao (唐 豪) (1897-1959) qui se rendit sur les lieux stratégiques des arts martiaux (Shaolin, Mont Wudang et Chenjiagou ) conclut que le Taiji Quan n’avait pas été crée par Zhang Sanfong, mais probablement par Chen Wangting (陈 王 庭) (1600-1680) de Chenjiagou au XVII° siècle. Cette étude fut publiée en 1930.

Durant la période anterieure à Chen Wangting, le nom du général Qi Jiguang (戚繼光) (1528-1587) revient souvent et il semblerait qu’à partir de son traité militaire, le « ji xiao xin shu » (紀 效 新 书), le général aurait composé un chant, le canon de la boxe « Quan Jing » (拳 经) dont se seraient inspiré Chen Wangting pour créer le Taiji Quan, en se référant aussi au livre classique du Taoïsme « Huang Ting. » (黄 庭).

L’enseignement à très haut niveau s’est maintenu au travers des générations.Le style familial de Chen est subdivisé en deux branches* principales avec quatre sous-styles () :

1 - le « grand style » (dajia 大 架), qui descend de Chen Changxing (陈 长興) (1771-1853), est codifiée en deux formes*** (yi lou 一 路 et pau chui 炮 捶). Il se partage lui-même en « vieux style »** (lao jia yi lu 74 mouvements**** 老 家一 路 七 十四 式; lao jia èr lu, pau chui 44 mouvements**** 老 家二 路, 炮 捶 四十四 式), le sous-style de Chen zhaopi (陈照丕)(1893-1972); le «nouveau style»** (xin jia yi lu 83 mouvements**** 新 架一 路 八十三 式; xin jia èr lu, pau chui 71 mouvements**** 新家二 路, 炮 捶 七 十 一 式) qui vient de Chen fake (陈 发 科) (1887-1957), le petit fils de Chen Changxing, et qui a été transformé plus tard par son fils Chen zhaokui (陈照奎) (1928-1981).

2 – le « petit style» (xiaojia 小 架 ), parfois appelé également «nouveau style» (attention de ne pas confondre avec celui du précèdent), qui descend des frères Chen youben (陈 有 本) et Chen youheng (卩东 有恆) se partageant en « petit style » ( 小 架 ) proprement dit et en «style zhaobao» qui vient de Chen qingping ( 陈 清 萍 )( 1795-1868),un élève de Chen youben, qui a émigré à la ville de Zhaobao (趙堡 ).

C’est un classement geo-historique, mais les courants se sont interpénétrés.

Dès le XIX ° siècle, les styles crées par les élèves en dehors de la famille Chen () se sont développés comme les styles Yang (), Wu (), Sun (), Wù () pour se propager en Chine et dans le monde entier.

Chenjiagou (陈 家 构), village fondateur du Taiji Quan, est actuellement un petit village agricole (culture du maïs et du blé, principalement ) d’environ trois mille habitants. La région reste sous la dominance de la précarité, d’une pauvreté où les habitants assument leur vie sans avoir l’air de se plaindre, comme l’on dit « se contenter de ce que l’on a, c’est être riche. ». les deux tiers de la population pratiquent le Taiji Quan. La ville voisine, Wenxian (温県), située seulement à 8 km du village Chenjiagou compte environ 400. 000 habitants dont 150.000 pratiquent aussi le Taiji Quan de style Chen.

Par CHIN shing-pok, 15/09/2006

*branche (jia) ()

**style (jia) ()

***formes (lu) ()

****mouvements (shi) ()

publié dans Actualités, Articles, Taiji Quan | Commentaires fermés